Tout savoir sur le syndic de copropriété

Conformément à la loi de 1965, toute copropriété doit être gérée par un syndic. Le syndic de copropriété est chargé de l’administration de l’immeuble. Il est également le représentant légal du syndicat des copropriétaires, c’est-à-dire de l’ensemble des copropriétaires de l’immeuble. Qu’est-ce qu’un syndic de copropriété ? Quels sont les différents modèles de syndic ? Quelles sont ses missions ? On vous explique tout dans cet article.

Qu’est-ce qu’un syndic de copropriété ?

Un syndic de copropriété est, selon la loi du 10 juillet 1965, une personne physique ou morale étant chargée de l’administration et des finances d’une copropriété. De plus, un syndic de copropriété est également le représentant légal du syndicat des copropriétaires. Pour rappel, le syndicat des copropriétaires désigne l’ensemble des copropriétaires d’un immeuble. Cet organe est formé automatiquement dès la naissance de la copropriété, sans aucune formalité. 

Quelles sont les missions du syndic de copropriété ?

Le syndic de copropriété est chargé de la bonne tenue de l’immeuble. Pour cela, il se doit de : 

  • Tenir au quotidien la comptabilité de l’immeuble et payer les différents prestataires de la copropriété ; 
  • Collecter les charges de copropriété via l’envoi des appels de fonds ; 
  • Recouvrer les charges impayées, le cas échéant ; 
  • Convoquer au moins une assemblée générale annuelle pour voter le budget prévisionnel de l’année à venir et approuver les comptes ;
  • Exécuter les décisions prises en assemblée générale : travaux par exemple ; 
  • Faire respecter les dispositions du règlement de copropriété ; 
  • Immatriculer la copropriété auprès du Registre national des copropriétés et mettre à jour tous les ans les données financières dans un délai de deux mois suivant le procès-verbal de l’assemblée générale ayant approuvé les comptes ; 
  • Établir et mettre à jour les documents administratifs de la copropriété : fiche synthétique, carnet d’entretien, etc. ;
  • Tenir à jour la liste des copropriétaires de l’immeuble avec leur état civil et le nombre de tantièmes qu’ils possèdent ; 
  • Représenter le syndicat des copropriétaires dans tous ses actes et ses actions en justice. 

Quels sont les différents modèles de syndic de copropriété ?

Conformément à la loi de 1965, il existe différents modèles de syndic. Étudions les en détail.

Le syndic professionnel

Le syndic professionnel est le mode de gestion le plus répandu pour les copropriétés en France. Concrètement, le syndicat des copropriétaires délègue la gestion de la copropriété à un cabinet externe en échange du paiement d’honoraires.
Pour exercer la profession de syndic, il faut cependant respecter les conditions suivantes :

  • Disposer d’une carte professionnelle délivrée par la Chambre du commerce et de l’industrie (CCI) ;
  • Souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle ;
  • Justifier d’une garantie financière suffisante destinée à rembourser les fonds de la copropriété en cas de faillite.

Bon à savoir : Récemment, sur le marché, de nouveaux acteurs sont apparus : les syndics en ligne, aussi appelés néo-syndics. Concrètement, il s’agit de syndics professionnels qui ne disposent pas d’agence physique. Toute la gestion est donc dématérialisée. Même si les honoraires des syndics en ligne sont moins onéreux que ceux des syndics traditionnels, ils sont généralement moins réactifs et ne se déplacent pas dans les copropriétés.

Le syndic bénévole

Le syndic bénévole désigne un copropriétaire élu en assemblée générale pour exercer les missions du syndic. Le syndic bénévole doit être élu à la majorité absolue des coproriétaires. À noter que toute personne physique ou morale étant copropriétaire peut devenir syndic bénévole.

Le principal avantage du syndic bénévole pour une copropriété est l’économie réalisée sur les charges de copropriété. En effet, même si le syndic bénévole peut se faire rémunérer pour sa mission, le montant sera bien moindre que des honoraires de syndic. Par ailleurs, comme le syndic fait partie des copropriétaires, il partage les mêmes intérêts que l’ensemble des copropriétaires de l’immeuble et fait donc généralement avancer les projets plus rapidement dans l’immeuble.

Toutefois, être syndic bénévole peut vite représenter une charge de travail importante. C’est pourquoi, si vous optez pour l’autogestion, nous vous recommandons plutôt de vous tourner vers le syndic coopératif, que nous allons détailler ci-dessous.

Le syndic coopératif

Dans le cas du syndic coopératif, c’est le conseil syndical qui gère de façon collégiale la copropriété. Même si légalement, c’est le président du conseil syndical qui exerce les fonctions de syndic ; dans les faits, tous les conseillers syndicaux se répartissent les différentes missions du syndic.

Ce mode de gestion comporte de nombreux avantages tels que les économies sur les charges de copropriété mais aussi davantage de transparence et de réactivité dans la gestion de l’immeuble.

Bon à savoir : Pour vous aider à gérer sereinement votre copropriété, de nombreuses solutions existent à l’instar de Matera qui accompagne les syndisc en autogestion grâce à une plateforme en ligne pour la gestion quotidienne et des experts qui prennent la main sur les sujets les plus complexes (comptabilité, juridique, travaux, etc.). Découvrez les avis de Matera sans plus tarder !